Choisissez un continent et un pays pour afficher la galerie correspondante  
Pêche du brochet en Baltique à Trosa.

Après un chaleureux accueil a l'aéroport, et un rapide transfert à l'hôtel, les discussions s'orientent rapidement sur l'objet de notre visite: la pêche du brochet en Baltique.
Nous questionnons le guide sur les prises des dernières semaines.
A ses dires, l'époque est favorable, il nous promet pour les jours a venir des brochets de 20 voire 24 livres en quantité, ce qui me laisse d'abord rêveur, puis incrédule,et m'empêchera de trouver un
sommeil rapide malgré la fatigue du voyage.
Rendez vous est fixé avec matériel et "packed lunch" a 8h précises le
lendemain. Le guide ponctuel arrive à l'hôtel et nous emmène à l'embarcadère ou nous prenons place à bord d'une coque "Crescent"
de 5m équipée d'un puissant moteur de 60cv, puissance justifiée vu
l'éloignement des bons coins.
S'aventurer dans l'archipel sans carte de navigation est suicidaire
si l'on considère le nombre d'écueils et de rochers affleurant la
surface de l'eau. Après 20mn, nous atteignons le premier poste.
Le guide décrit de grands cercles pour trouver la place précise:
un haut fond. Ses deux atouts étant un écho sondeur indispensable en ces eaux, et son habileté à manœuvrer rapidement avec un minimum de bruit. Tout est prévu et fourni: cannes,moulinets,leurres et conseils
ô combien utiles.
La pêche se pratique avec des poissons nageurs de grande taille
fortement armés de trois triples. La première touche ne tarde pas et
j'aperçois sous la surface un brochet plus qu'honnête que le peson estimera à 19 livres, un petit si j'en juge la mine déçue du guide.
Après une dizaine de lancés, selon la fréquence des touches ou des prises enregistrées, le guide prendra ou non, l'initiative de changer
rapidement de poste. Ici, le mot sportivité reprend toute sa valeur,d
abord pour les émotions que procurent ces grands poissons, mais aussi
par le respect des captures délicatement prises par l'extrémité de la
mâchoire inférieure, avant d'être pesées et remises a l'eau pour la
conservation de l'espèce, et le plaisir des yeux.
La première journée verra la capture de 9 brochets a 2 pêcheurs, d'un
poids variant de 16 a 29 livres. La moyenne journalière du séjour sera de 6 prises par pêcheur dont 3 généralement supérieure à 20 livres. Et cela avec une régularité confirmée chaque jour.
Il est a noter que l'archipel est un des rares endroits ou l'on peut
pêcher avec succès un grand brochet a la mouche. Si l'on ajoute a cela, la présence de truites de mer de belles tailles (8 a 10 livres)
record actuel 22 livres, il est pensable que les amateurs de fly fishing viendront hanter ces lieux.
C'est maintenant la dernière journée, possibilité est offerte aux pêcheurs de conserver une prise par séjour.
Seuls les truites et les sandres appréciés des locaux ne font l'objet
de protections. Je conserverai pour ma part un sandre de 16 livres,
qui une fois vidé et étêté alourdira notablement mes bagages.
Il est certain que ces eaux méconnues d'une pression de pêche quasiment inexistante sont appelées a devenir malheureusement célèbres. Souhaitons que cela le soit par des sportifs respectueux
du cheptel dans l'espoir que la Suède ne connaisse un jour, le
dépeuplement dont l'Irlande est l'objet, comme en témoignent les appels désespérés que les Irish Inland Fisheries placardent en trois
langues dans les hôtels, demandant aux pêcheurs de limiter leurs
prélèvements....

Mai 1985

Accueil Galeries Liens Reportages News Jeudi 15 Novembre 2018   
Copyright © 2018 Fisherman Globetrotter - Tous droits réservés.
 
Actuellement 1 connecté(s) - Nombre de visites: