Choisissez un continent et un pays pour afficher la galerie correspondante  
AMAZONIE Les dents du Fleuve

C'est un coin de pêche comme vous n'en avez jamais vu, un coin de pêche ou les poissons sont en couleurs, un coin de pêche ou le moindre parcours a la longueur d'une autoroute, un coin de pêche d'ou l'on ne revient pas tout a fait intact
Ce coin de pêche est grand comme un tiers de la France, il est au cœur de l'Amazonie, sur le Rio Negro. Vous y traquerez le Peacock-Bass, poisson d'une puissance inouïe, a coté duquel le terrible piranha fait figure de rosière, mais aussi quelques autres espèces exotiques, l'Amazonie en compte 1850(env) qui toutent portent des noms inconnus des pêcheurs européens, comme le pirarucu,le surubim,l' arwana,etc... Ce paradis pour pêcheurs sportifs que le gouvernement brésilien vient d'ailleurs d'interdire à la pêche industrielle, est depuis peu accessible aux pêcheurs européens.
Ce, grâce à un groupe de passionnés qui y organisent des safaris a bord du Nhamunda,une grosse unité qui peut y accueillir jusqu'à 12 pêcheurs. Le Perola Do Nhamunda (la perle du Nhamunda )que sert un équipage de 10 personnes animé par un ancien reporter François Corbineau, emmène les pêcheurs au coeur de la zone choisie par les guides en fonction des aléas de la météo et de la saison.
Une fois sur place, la pêche s'effectue à bord de petites barques à moteur, chaque groupe de 2 pêcheurs étant conseillé par un guide en général excellent.
Du poisson, raconte Gerard Cittadini qui en revient,il y en a beaucoup,de quoi satisfaire le plus exigeant des pêcheurs.
Quelques fanatiques de cette pêche comme Claude Nickrass, Didier Thomas,Gauthier Costentin et moi même sillonnent depuis plusieurs années les fleuves amazoniens.
Lors de notre dernier séjour d'octobre a bord du Pérola Do Nhamunda, nous avons pris et relâchés 280 poissons de plus de 10 livres, le plus gros pesant 10,200kg pris par Gauthier.
Et Cittadini sait de quoi il parle! depuis quarante ans qu'il pêche il a trempé son fil dans toute les eaux du globe. En Suède autant qu'au Costa Rica, en Inde comme au Sénégal.Il a pêché toutes sortes de trophées: des tarpons, des masheers, des permits,des saumons kings, des requins, des barracudas, et plus généralement tout ce qui nourrit la passion d'un globe trotter de la Pêche.
Le Peacock-Bass, ajoute t il, est un formidable adversaire tout en muscles qu'il faut brider si l'on ne veut pas voir le poisson de sa vie disparaitre dans un amas de branches qu'il aura vite exploité pour y briser avec aisance un mono-filament de 35/100
La patrie du peacock est sans nul doute l'Amazonie! Inutile de préciser l'étendue des lieux de pêche. La règle première pour y trouver de beaux poissons, c'est avant tout de s'éloigner des villages ou des tribus indiennes, dont les prélevements sur le cheptel sont modestes, puiqu'il s'agit de nourriture et non de pêche commerciale,mais beaucoup de ces poissons étant chassés à l'arc,se sont les plus gros sujets qui se retrouvent prélevés.
Le peacock bass est un cousin morphologique du black bass, pourrait on dire,mais il n'appartient pas a la même famille:le black bass est un centrarchidé, le peacock un cyclidé.Deux espèces dominent le bassin amazonien: l'oscellaris et le temensis omniprésent,notre principal "adversaire".
Cela dit,leurs comportements de prédateur,de reproducteur,de protecteur de leur progénitures paraissent similaires,de même que leur prédilection pour les postes encombrés.
On peut donc en penser que les techniques de pêche du black bass peuvent être employées pour le peacock, mis a part la taille des leurres, des lignes et des cannes, car le peacock peut atteidre le poids record de 12,190kg (IGFA) et plus.
Certains locaux affirment avoir vu des spécimens de 15 a 18kg.
En action de pêche raconte encore Gérard Cittadini, la précision s'impose. Il faut viser juste pour envoyer son leurre entre les branches ou au ras des berges encombrées.Mais ne jamais délaisser quelques lancés en pleine eau,et surtout insister car les gros poissons ne montent parfois qu'après une répétition de lancés sur un même poste.
Je le répète: insister pour réussir et rester concentré. C' est souvent lorsque l'on n'y crois plus et que l'on pense déjà, avant même d'avoir ramené son leurre,au prochain lancé que l'attaque se produit.
Et notre pêcheur de conclure,avec tous ceux qui ont tenté l'expérience,qu'une touche de peacock bass est un événement qui marque la vie d'un pêcheur sportif!


Interview de Gerard Cittadini par PÊCHES SPORTIVES
n°15 Janvier/Fevrier 98

Accueil Galeries Liens Reportages News Samedi 26 Mai 2018   
Copyright © 2018 Fisherman Globetrotter - Tous droits réservés.
 
Actuellement 1 connecté(s) - Nombre de visites: